Méthodologie de progression

Lexique des mots employés au poker

Retrouvez les significations de tous les mots utilisés dans ce glossaire dédié au jargon du poker. Ce dictionnaire est ordonné comme un lexique par ordre alphabétique.


Lettre A

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
AgressiveAgressif / AgroBet, raise ou ou re-raise trop fréquemment ; qui a tendance à augmenter la somme d’argent misée à chaque occasion (même discutable) de le faire.
All inAIFaire tapis / Aller à tapisMiser tous les jetons qu’il vous reste sur un coup. Un joueur ne peut pas miser plus de jetons que le stack effectif. Si les paris continuent après qu’un joueur entre dans une situation d’All-in, un pot séparé est créé auquel il ne participe pas.
AnteUne petite mise initiale obligatoire que tous les joueurs doivent placer avant la distribution des mains aux joueurs. Dans certains tournois, tous les joueurs au-dessus d’un certain niveau contribuent au pot avec une ante qui, comme les Blinds, augmente en valeur avec le temps.

Lettre B

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
Bad beatUn joueur subit un bad beat quand son bon jeu finit par perdre contre une main qui était beaucoup plus faible (avec peu d’équité). Tous les joueurs subissent des bad beats. Ce qui peut provoquer du tilt.
BankrollBRCapital jeuLa quantité d’argent ou de jetons qu’un joueur peut utiliser dans un coup.
BetMisePremière action de mise.
Bettings patternsSchémas de miseLes betting patterns regroupent toute les attitudes et les tells, dévoilés par la hauteur de mise du joueur. Par exemple, on pourrait penser qu’au plus un joueur mise cher, au plus il a un jeu fort.
Big blindBBMise obligatoire qui, dans chaque main, doit être faite par le joueur qui est assis deux places à gauche du donneur. Elle fait également référence à la position qu’occupe ce joueur.
BlankBriqueDans les variantes du poker à cartes communes (comme le No Limit Hold’em), il s’agit d’une carte turn ou river qui n’est pas susceptible d’aider un joueur lorsqu’elle sort.
BlindLa blind est la mise obligatoire imposée à deux joueurs de la table pour inciter à l’action. Le premier joueur paye la small blind et le second la big blind.
BluffIl s’agit d’une mise faite en dépit de la faible équité de la main. Par exemple, vous misez pour faire croire que vous avez du jeu.
BluffSemi-bluffStratégie qui consiste à avoir une main n’offrant aucune possibilité de remporter le pot en l’état (à la street N), mais qui est susceptible d’être améliorée à la street N+1.
BoardLes cinq cartes communes en Hold’em ou Omaha.
Board textureTextureLa texture traduit l’agencement des cartes du tableau. Par exemple, un flop avec une texture complexe est un flop avec de nombreux tirages. En revanche, un flop sec présentera peu de tirages quinte et couleur.
BubbleBullePhase où il ne reste plus que quelques joueurs à éliminer avant d’atteindre les places payées dans un tournoi.
ButtonBU ou BTNBoutonJeton unique plus gros que les autres que les joueurs se passent vers la gauche à chaque nouvelle main distribuée. Elle indique la position du bouton.
Buy inBIDroit d’entréeMontant à payer en cash pour pouvoir s’asseoir à une table de poker. Dans les tournois, le buy-in est le prix d’entrée du ticket.

Lettre C

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
CallSuivre ou PayerEgaler le ou les paris que les joueurs parlant avant vous ont fait.
Calling StationUn joueur qui suit presque toujours les mises, et donc se couche rarement.
Cash gameCGFormat de jeu de poker dans lequel l’argent réel est parié sur chaque main. Ce terme est utilisé pour différencier ce type de format de celui des tournois ou des sit and go.
CheckXParoleS’abstenir de parier lorsque c’est à son tour de miser.
Check raiseXRStratégie réalisée en deux temps qui consiste à checker pour mieux relancer son adversaire s’il mise.
ChipPetite pièce en forme de disque plat utilisée pour représenter un montant d’argent réel en cash game ou le nombre de jetons en tournoi ou en sng.
Chip LeaderUn chipleader est le joueur disposant de la plus grosse somme de jetons à la table. Méfiez vous des chipleaders, leurs statuts leur permettent de suivre des mains qu’ils n’auraient pas suivies en temps normal.
Community CardsCartes communesAu Hold’em, au Omaha et dans d’autres variantes du poker, les cartes sont affichées au centre de la table et peuvent être utilisées par tous les joueurs pour effectuer leur coup.
ConnectorsCartes connectéesDeux cartes d’une main de valeur consécutives, comme 8-9 ou 4-5. Ces derniers sont souhaitables car elles ont une plus grande probabilité de former une quinte.
Continuation betCbet ou CBStratégie ou technique qui consiste à conserver l’initiative prise préflop en continuant à miser sur le flop, même si celui-ci n’améliore pas votre main.

Lettre D

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
Dead moneyArgent mortArgent ou jetons investis dans un coup par un joueur qui n’a quasiment aucune chance de gagner le pot. Se dit aussi de l’argent investi par un joueur faible dans une partie et qui par définition aura peu de chance de gagner.
DealerBoutonJoueur de la position à partir de laquelle sont distribuées les cartes.
Disconnect ProtectionAu poker en ligne, certaines tables offrent une protection au joueur dans le cas où il perdrait la connexion au cours d’une main ; sa main est dans une situation « all-in » et il a le droit de gagner le pot qui a été formé jusqu’au moment où il a été déconnecté.
Dominated Hand (Drawing dead)Main dominéeUne main est dominée ou « drawing dead » lorsqu’elle partage une carte de même valeur avec une autre main et qu’elle a un kicker inférieur. Par exemple, AQ est dominé par AK sur le board A4567.
Donk betDonkIl s’agit d’une ouverture au flop par un joueur qui n’est pas le relanceur préflop, et qui décide de miser le premier sur le tour d’enchère suivant. Le donk bet est utilisé pour paralysé la stratégie du continuation bet.
DrawTirageAvoir un jeu qui nécessite une carte de plus pour compléter une combinaison plus forte. Exemple : tirage quinte.

Lettre E

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
Early PositionEPSur une table à 9 ou 10 joueurs, correspond aux trois premiers sièges à gauche de la big blind.
EquityEquitéProbabilité de chance qu’une main gagne au showdown.
Expected ValueEVMontant que l’on s’attend à gagner en moyenne quand on place une mise (indépendamment de la variance).

Lettre F

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
FishFish (poisson en français) défini un joueur faible.
FloatingStratégie qui consiste à suivre une mise postflop, dans le but de bluffer plus tard dans le coup. Elle vient perturber la stratégie du continuation bet.
FlopFEn Hold’em et Omaha, les trois premières cartes communes. Ils sont découverts en même temps.
FlushTirage couleurIl s’agit d’une combinaison de cinq cartes de la même couleur (pique, carreau, coeur ou trèfle).
FoldSe coucherAbandonner sa main face à une mise. On renonce alors à jouer pour gagner le pot. Le joueur ne peut plus revenir dans le coup pour remporter le pot.
Four of a Kind (Quads)CarréCombinaison composée de quatre cartes de même valeur. Par exemple : 2222
Free cardCarte gratuiteLorsqu’un joueur qui a un tirage peut voir la carte suivante (turn ou river) sans avoir à égaler un pari, on dit qu’il a obtenu une carte gratuite.
FreerollUn Freeroll est un tournoi de poker gratuit mais avec de l’argent réel à gagner. Plusieurs salles de poker en ligne proposent régulièrement des freerolls.
Full HouseFullCombinaison de cartes qui rassemble trois d’entre elles d’une valeur X et deux d’une autre valeur Y. Par exemple : JJJ99.

Lettre G

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
GamblerUn gambler est une personne qui aime jouer en prenant des risques démesurés et qui aime faire tapis sans connaitre sans se préoccuper de ses chances de gagner.
Good CallGCAbréviation utilisée au poker dans les tchats de poker. L’expression est employée lorsque qu’une personne à le choix (délicat) de jeter sa main ou de suivre, si la personne suit et remporte le pot, c’est un good call.
Good FoldGFBon foldAbréviation utilisée au poker dans les tchats de poker. L’expression est employée lorsque qu’une personne à le choix (délicat) de suivre ou de jeter sa main, si la personne se couche et que l’adversaire lui montre un meilleur jeu que lui, c’est un good fold.
Good GameGGBien jouéAbréviation utilisée au poker dans les tchats de poker. L’expression est employée en général lorsque qu’une personne est sortie d’une partie ou gagne la partie, les joueurs de la table lui disent « GG ».
Good LuckGLBonne chanceAbréviation utilisée au poker dans les tchats de poker. L’expression GL est utilisée souvent au poker, lors d’un heads up (un contre un) ou en finale d’un tournoi pour souhaiter « Bonne chance ».
GutshotGSTirage quinte ventralLorsque vous avez la possibilité de faire une quinte avec une seule carte à venir sur le board.

Lettre H

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
HandMainAu No Limit Hold’em, il s’agit des deux cartes privatives distribuées à chaque joueur.
Heads upHUTête à têteUn pot ou une partie jouée entre deux joueurs.
Hold’emVariante du poker ouvert. Au poker Hold’em, il y a les cartes privatives (dans votre main) et les cartes commune (tableau). Au poker fermé, il n’y a pas de cartes communes.

Lettre K

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
KickerL’autre carte dans notre main qui n’a pas connecté avec les cartes sur la table. Quand nous avons A-K et que le flop est A-J-6, nous avons une paire d’as avec un roi pour le kicker.

Lettre L

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
Late positionPosition tardiveDans une table à 9 ou 10 joueurs, les deux derniers sièges à la table qui pourront parler dans un tour de mise (la small blind et la big blind).
Loose playerJoueur largeUn joueur qui joue beaucoup de mains et se couche très rarement preflop.

Lettre M

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
ManiacFouJoueur hyper-agressif, qui investit des jetons dans presque toutes les mains.
Middle positionMPSur les tables à 9 ou 10 joueurs, les sièges n° 6, 7 et 8.
MuckSignifie « jeter ses cartes sans les montrer », après avoir vu que l’adversaire a une meilleure main à l’abattage.

Lettre N

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
Nice callNCBon callSe définit par un joueur qui, ayant observé une action inhabituelle chez un autre joueur, va contrer sa stratégie de bluff et le suivre malgré de gros enjeux.
Nice handNHBelle mainExpression souvent utilisée sur les tables de poker, dès qu’un joueur gagne avec une bonne main.
No limit pokerNLMode de poker dans lequel vous pouvez parier tout l’argent dont vous disposez dans une main sur une seule mise (contrairement au Limit Poker).
NutsLa meilleure combinaison possible à un moment donné de la main. Par exemple, sur le flop 22A, si on tient 22 en main, on a donc les nuts.

Lettre O

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
OddsCote du potIl s’agit du pourcentage d’équité minimal qu’il faut avoir pour pouvoir faire une mise de manière rentable. Par exemple, les chances de compléter une quinte par les deux bouts à al river sont de 5 pour 1 (5:1). C’est-à-dire qu’en moyenne, tous les six coups, vous aurons compléter votre quinte une seule fois.
OffsuitDépareilléCartes en main qui ne sont pas de la même couleur. Elles sont moins souhaitables car la probabilité de compléter la couleur est plus faible.
Oh My GodOMGOmg est régulièrement utilisé, en général lors d’un coup de malchance, le perdant dit « Omg » pour exprimer de la surprise et du dégout.
Open ended straightOESDTirage par les deux boutsUn tirage quinte qui peut être complétée par les deux bouts. Par exemple, sur 10-J-Q-K, on peut faire quiinte à la fois avec un 9 et un As.
OutsLe nombre de cartes qu’un joueur attend de voir apparaître sur le board pour améliorer sa main. Par exemple, lorsque vous avez un tirage quinte par les deux bouts, le nombre d’Outs est de 8.
OvercardAu Hold’em, le fait d’avoir une carte en main qui est plus élevée que toutes les cartes communes. Par exemple, le board est 469, si vous avez AK, alors vous avez deux overcards.

Lettre P

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
Play moneyArgent fictifLes salles de poker en ligne offrent souvent la possibilité de jouer avec de l’argent fictif.
Pocket cards (Hole cards)MainLes cartes qui sont distribuées à un joueur et que lui seul peut voir.
PostflopLe Postflop débute à partir du flop : par conséquent, il s’agit des phases de jeu au flop, au turn et à la river.
PotL’argent ou les jetons qui constituent le pot commun à gagner par l’un des joueurs en lice dans le coup.
Pot (format)Mode de jeu de poker dans lequel la mise maximale autorisée est la somme totale du pot au moment où la mise est placée.
PreflopAu Hold’em et à l’Omaha, le tour d’enchères qui se déroule après que les joueurs ont reçu leurs deux cartes en main et avant le flop.
Probe betLe probe bet est une mise faible correspondant à un tiers voire un quart du pot pour sonder le jeu des adversaires. Traduit aussi une mise faite à la street N+1 contre un joueur qui avait l’initiative à la street N mais qui n’avait pas misé.

Lettre R

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
RainbowTricoloreLorsque trois cartes de couleurs différentes sortent du Flop.
RaiseRelanceMiser en investissant plus de jetons que la mise précédente.
RakeCommissionL’argent (ou commission) que la room conserve à chaque jackpot joué ou à chaque ticket d’entrée payé.
RangePanel de mainsIl s’agit de l’éventail de mains qu’un joueur est susceptible d’avoir.
ReraiseSur-relanceMiser en investissant plus de jetons que les deux mises précédentes.
Return On InvestmentROIRetour Sur InvestissementPourcentage représentant le taux de rentabilité moyen du joueur. Par exemple, un ROI de 10 % indique qu’en moyenne, ce joueur gagne 10 % de plus que le montant qu’il engage dans un tournoi. Ce terme est très utilisé par les joueurs de SNG et de MTT.
Ring game (Full ring)Partie impliquant 9 ou 10 joueurs.
RiverAu Texas Hold’em et au Omaha, la cinquième carte communes.
RiverCarte distribuée sur le board après la turn.
RoomSalle de poker virtuelle (casino virtuel). Par exemple, Pokerstats est une room.
RunnerEnchaînement des tours d’enchères Turn et River.

Lettre S

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
SetBrelanCombinaison de cares formée par les deux cartes en main et une des cartes communes ou bien une carte en main et deux cartes communes.
SharkDéfini un joueur très fort.
Short handedJeu impliquant 3 à 5 joueurs.
Short stackUn joueur « Short Stack » est un joueur ayant très peu de jetons dans son stack.
ShowdownSDAbattageMoment où les joueurs impliqués dans le pot doivent montrer leurs cartes pour voir qui est le gagnant (quand on part à tapis ou bien à la river).
Sit And GoSNGUn sit and go est un petit tournoi limité en terme de joueurs (10 personnes max par table généralement). Ce sont les tournois préférés des joueurs de poker en ligne car ce sont des tournois rapides.
SlowplayLe slowplay, c’est quand vous avez un bon jeu et que vous ne misez pas, ou pas beaucoup de jetons, avec l’objectif que les autres joueurs croient que vous n’avez pas un jeu fort.
SlowrollAction indigne qui consiste à prendre beaucoup de temps pour montrer ses cartes, ou pour suivre, lorsque vous avez une meilleure combinaison que votre adversaire, lui faisant ainsi croire qu’il a gagné la main.
Small blindSBMise obligatoire (de la moitié de la big blind) qui doit être faite par le joueur assis à la gauche du donneur. Elle fait également référence à la position que le joueur occupe à la table.
StackPile de jetonLe nombre de jetons qu’un joueur détient à la table.
StraightQuinteCombinaison de cinq cartes de valeur consécutive. Par exemple 23456.
Straight FlushQuinte flushCinq cartes de valeur consécutive et de la même couleur.
StreetTour d’enchèresIl s’agit d’un tour d’enchères. Par exemple, la turn et la river sont des streets.
SuitedPareilléDeux cartes en main de la même couleur, telles que A♠9♠ ou Q♦J♦. Ces dernières sont souhaitables car elles ont une plus grande probabilité de former une flush.
SwingVariancePhénomène mathématiques de la loi des probabilités qui agit positivement ou négativement sur vos résultats réels quand vous prenez un pari.

Lettre T

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
TellIndice laissé involontairement par un joueur qui va nous donné une information importante pour concevoir une stratégie contre ce joueur.
Three of a KindBrelanCombinaison de trois cartes de même valeur. Par exemple, 333.
Tight playerJoueur serréUn joueur qui joue peu de mains preflop et abandonne souvent sa main postflop (se couche souvent donc). Attend généralement d’avoir un bon jeu pour faire une mise.
TiltTiltOn tilt est un état qui signifie que vous ne contrôlez plus votre jeu à cause d’une frustration et que vous faites n’importe quoi. En général vous devenez on tilt à la suite d’un coup de malchance, un bad beat.
Top pairTop paireLa Top paire – ou paire max – est la meilleure paire du tableau. Par exemple si le tableau est : 2-5-K-7-J, la top paire est la paire de Roi.
TournamentTournoiPartie dans laquelle un Buy-in doit être payé pour y participer. Tous les joueurs commencent le tournoi avec le même nombre de jetons et sont éliminés lorsqu’ils n’en ont plus. Le joueur qui parvient à accumuler tous les jetons gagne. Les prix sont répartis entre les finalistes en fonction de leur classement final.
TripsCombinaison de cartes formée par une carte privative et de deux des cartes communes.
TurnTEn Hold’em et Omaha, la quatrième carte communes.
TurnTournantCarte distribuée sur le board après le flop et avant la river.

Lettre U

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
Under The GunUTGLe joueur assis à la gauche de la big bling est « Under The Gun » : il est le premier à parler preflop. Sa position est assez risquée puisqu’il n’a aucune visibilité / indication sur les autres joueurs qui vont parler après lui.

Lettre V

Mot en anglaisAbréviationÉquivalent en françaisDéfinition
Value betMise de valorisationC’est une expression qui traduit une mise de valorisation postflop. Elle consiste a miser une bonne main qui est susceptible de battre une range large de son adversaire.
Very Nice HandVNHTrès belle mainAbréviation utilisée dans les tchats de poker pour féliciter un joueur gagnant avec une très bonne main.

Comment progresser efficacemente et rapidement au poker

C’est une question vague et c’est pourquoi, j’y réponds de manière globale.

En gros il y a deux méthodes pour s’améliorer techniquement.

Méthode A : GTO puis dérivation exploitante (gros calculs d’EV + logiciels complexes)

L’approche purement matheuse : on détermine les stratégies en partant du GTO pour le jeu preflop et le jeu postflop. Et on calcule l’EV de ces stratégies GTO.

Ensuite, on cherche des stratégies plus rentables que celles proposées par GTO. Il faudra alors recalculer les EV à chaque fois.

Pour savoir si tu as bien joué ou pas sur chaque spot, il faut calculer l’EV de chacune des lines et moves.

Pour déterminer les ranges preflop, tu peux partir d’une analyse GTO mais tu te rendras bien vite compte qu’elles sont inadaptées à la réalité du field. Il faudra alors élargir et restreindre ces ranges

GTO en fonction de la stratégie globale constatée sur le terrain.

Il y a une façon alternative de procéder pour gagner en temps et en efficacité.

Cette méthode est très chronophage et assez complexe. Le temps d’avoir fait le tour et les sng jackpot auront peut être déjà disparu… Pas le temps de convertir le savoir en money… Dommage.

D’autant plus que d’autres l’auront déjà fait avant toi.

Méthode B : Retour d’expérience des meilleurs + utilisation de « petits » logiciels + « petits » calculs d’EV

C’est l’approche empirique, basée sur ta propre expérience ou celle des autres (amis grinders, coachs).

Cette méthode consiste à faire confiance et à dire « amen » aux préconisations de ceux auprès de qui tu vas demander conseil (que ce soit ami grinder ou coach).

Mais en utilisant malgré tout quelques logiciels efficaces et moins complexes que les solvers et en sachant faire des petits calculs d’EV basiques.

Cette approche empirique basée sur l’expérience des meilleurs consiste à :

1) Détecter les leaks sur la base de conseils de coachs ou d’amis grindeurs. Le HUD te permet de savoir là où ça ne va pas. Alors on va me dire : « Oui mais comment tu sais si cette stat est bonne ou pas ? »

C’est le retour d »expérience mon ami… Jouer des dizaines de milliers de tournoi a validé la rentabilité de telle ou telle stratégie. Et pour les plus récalcitrants, un rapide calcul d’EV permet de le valider aussi.

A moins que tu veuilles recalculer par toi même les stratégies preflop GTO (voir méthode A et good luck) et en déduire les stratégies exploitantes… Il faut écouter ce que disent les joueurs qui ont plus d’expérience que toi et prendre acte que tel ou tel pourcentage est ok ou pas.

2) Parmi les leaks détectés : tu choisis d’abord celui qui est le plus récurrent. Celui qui va se répéter le plus souvent. Et tu filtres le spot correspondant.

3) Revoir les mains du spot en question avec un joueur qui sait mieux jouer que toi ce spot (grinder ou coach). Et voir ce que tu fais de différents par rapport à lui.

4) Ecouter comment il argumente ses décisions et prendre note de son schéma de pensée.

Je sais qu’il est frustrant de se dire : mais bon sang, n’y a-t-il pas une méthode pour bosser tout seul comme un grand mon jeu pour résoudre la plupart des problématiques ?

En fait, c’est comme aprendre à conduire ou à skier. Vous avez déjà vu une notice complète qui explique tout de A à Z pour apprendre à conduire parfaitement ?

Si ça existait vraiment, les moniteurs seraient au chômage depuis bien longtemps.

Alors je sais que certains ont besoin d’une méthode bien encadrées de A à Z, ça les rassure dans leur progression.

Le schéma de base pour progresser par la méthode B est basé sur la boucle de rétroaction :

Boucle rétroactive méthode progresser poker

La méthode A (théorie) et la méthode B (expérience) s’auto-valident

Avec les années, on a pu valider certaines certitudes sur ce format (et même au poker en général) par le simple fait que : les joueurs employant la méthode A ont pu valider les stratégies des joueurs de la méthode B et vice-versa.

Le monde de la théorie a validé le monde de la pratique et inversement.

Alors, maintenant, c’est à chacun de nous de choisir sa façon d’avancer :

  • Par la méthode A : si tu es courageux et matheux et que tu as l’âme de vouloir « réinventer la roue ». Et qu’en même temps, gagner de l’argent au poker n’est pas ta priorité et que c’est plus un challenge intellectuel alors tu peux prendre la méthode A. Par contre, je te conseille d’écrire un livre pour transmettre les conclusions de tes travaux comme un certain Janda l’a fait quelques années auparavant. Histoire de rentabiliser tout le temps passé (quand même !).
  • Par la méthode B : si tu vises plutôt l’efficacité, que tu veux générer des gains le plus rapidement possible et que tu peux te permettre d’investir (coaching, hand chart), alors la méthode B est pour toi.

Bien évidemment, rien n’empêche de mixer méthode A et méthode B. Mais pour garder un certain gage d’efficacité (20% de méthode A et 80% de méthode B).

Pourquoi 90% des joueurs sont perdants ou au mieux break-even

C’est la catégorie des joueurs qui restent bloqués pendant des mois et des années.

Parce qu’ils veulent avoir des résultats rapidement et sans dépenser un seul centime… A moins d’avoir un ami grinder très bon, qui vous coache gratos et qui vous donne tout son temps libre…

Il n’y a aucune chance de réussir…

Je prends l’exemple de Timi (personnage fictif) qui me dit :

« Je veux des résultats rapidement et efficacement (méthode B donc) mais je ne veux pas payer / je n’ai pas l’argent pour les gens qui vont passer du temps à me faire profiter de leur retour d’expérience ».

J’ai alors répondu à Timi : « Ca n’a pas de sens puisque la méthode B consiste justement à ce que quelqu’un te transmette son savoir en échange d’un investissement financier de ta part. Oriente toi vers la méthode A dans ce cas et trouve par toi-même les meilleurs stratégies ».

Timi me répond alors : « Oui, mais les maths j’aime pas trop ça et puis j’ai envie d’avoir des résultats tout de suite ».

Je réponds alors à Timi : « Désolé, mais tu es dans l’impasse. Il faut rester cohérent et regarder la vérité en face. Tu passes ton temps à naviguer de site en site à la recherche de contenus gratuits. Mais tu n’as que des bribes de stratégies (elles sont gratuites donc non complètes) que tu ne peux pas mettre en application ».

C’est comme vouloir faire finir un puzzle avec des pièces (gratuites) venant de plusieurs puzzles différents (sites de poker ou coachs différents).

Tu n’arriveras nul part. Et c’est exactement ce qu’il se passe.

Soit on assume le fait de ne pas avoir d’argent à investir et on se retrousse les manches avec la méthode A (je vous rassure, c’est quasiment mission impossible en partant de zéro et il faut avoir une grande détermination) soit vous prenez la méthode B qu’ont suivi 80% des joueurs gagnants.

Et autre conseil universel : quelle que soit la méthode choisie, ne t’entraine jamais seul.

 

Salut les amis ! Aujourd’hui, petite vidéo entre nous pour répondre à vos questions sur la rentabilité, la méthodologie de progression et la rentabilité.

J’espère que ça vous aidera. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à les mettre en commentaires.

méthode de travail pour progresser au poker sng jackpot

Salut les amis, me revoilà pour un nouvel article où l’on va parler de méthode pour bien progresser au poker.

Précision importante : cette méthode s’applique aux sng jackpot.

C’est aussi l’occasion pour moi de répondre à toutes vos nombreuses questions qui reviennent souvent

  • Comment travailler efficacement son jeu ?
  • Comment mettre en place une méthode de travail, un cadre ?
  • Quel travail faut-il fournir en dehors des tables pour faire évoluer son jeu ?

Alors je vous propose de suivre ces étapes une par une. S’il vous plaît : suivez VRAIMENT ces conseils si vous voulez vous donner une chance de réussir et appliquez ça pendant au moins 1 mois à la lettre.

Je veux vraiment être le plus concret et pratique possible. Trêve de blabla, c’est parti !

1) Donnez-vous un VRAI objectif

La plupart d’entre vous voulez arrondir vos fins de mois parce que vous avez déjà un travail mais vous avez un temps limité et aussi une vie sociale à côté (femme, enfants, amis).

Vous voulez gagner entre 100€ et 1000€ par mois et je suis d’accord avec vous : gagner régulièrement un bon billet à la fin du mois en jouant au poker, ça le fait et c’est trop cool !

Alors, commencez déjà par répondre sérieusement à ces questions :

  • Quelle somme vous voulez gagner / mois au poker ?
  • Pourquoi et comment vous allez dépenser cet argent ?

Pensez vraiment à ce que cet argent gagné tous les mois va changer dans votre quotidien ! C’est vraiment sérieux. Une minorité de personnes jouent au poker pour le défit intellectuel mais ce n’est pas ça qui m’a motivé à devenir joueur pro. Dans le fond, faut pas se mentir, on joue au poker pour l’argent les gars !

Il faut vraiment que la motivation naisse d’un sentiment profond, de l’accomplissement d’un rêve ou d’un projet vraiment important pour vous. Sans quoi, vous n’aurez pas assez de motivation pour durer sur la longueur. Et vous savez de quoi on parle quand on pense à la variance !

Ça y est, vous avez défini le montant que vous voulez gagner au poker. Et vous savez maintenant pourquoi vous voulez gagner cette somme !

Alors sans plus attendre, écrivez les réponses à ces deux questions sur une feuille A4 et collez là derrière votre écran d’ordinateur ! Oui, oui, vous avez bien entendu. Pas de chichi ici. On veut être gagnant oui ou non ?

Le fait d’avoir ces deux objectifs systématiquement derrière votre écran vous fera repenser encore et encore à votre objectif. Le pourquoi c’est super important. Et tant pis, si votre nana vous rigole un peu au nez ! Après tout, c’est ça que vous voulez ! Réussir, gagner et vous faire plaisir !

Exemple : D’ici 4 mois, je veux gagner 300€ / mois pour me payer un voyage en Thaïlande tous frais payés pendant 2 semaines ! Je dois donc gagner 1200€.

2) Définissez un VRAI planning

D’accord, jusque là c’est clair. Vous avez fait un pacte envers vous-même. Une promesse. Et c’est affiché sur le mur maintenant. Peut-être que vous en avez parlé à votre femme alors il est temps de prouver que vous êtes capable !

Maintenant il faut déterminer combien de temps vous allez consacrer au poker pour remporter cette somme.

Répondez à ces questions :

2.1) Quel est votre EV ROI actuel ?

C’est votre taux de rentabilité sur le long terme (à ne pas confondre avec le ROI réel et qui n’est pas représentatif sauf si vous avez un énorme échantillon de 40 000 tournois). Pour connaître l’EV ROI, installez la statistique dans votre tracker PT4 et regardez votre graph de résultat.

2.2) Déterminez votre taux horaire actuel

Maintenant que vous connaissez votre EV ROI actuel, allez voir ces tableaux de rentabilité en fonction de votre limite actuelle. Par exemple, vous jouez en 5€ et votre EV ROI indique 5% de taux de rentabilité. Donc comme vous jouez sur 2 tables en même temps, votre taux horaire est de 2 x 1.7€ soit 3.4€.

2.3) Combien de temps de jeu vous faudra-t-il actuellement ?

Si on reprend l’objectif précédent en exemple, il vous faut gagner 1200€ d’ici 4 mois. Et vous gagnez avec votre niveau de jeu actuel 3.4€ de l’heure. Donc il faudra jouer 1200 / 3.4 soit 353 heures. Soit 22 heures par semaine.

2.4) Déterminez combien d’EV ROI il vous manque pour atteindre votre objectif

Eh oui, je suis d’accord : 22 heures de jeu par semaine pour 300€ / mois, c’est pas sexy n’est ce pas ?

Ça représente quand même 4h30 par jour et 5 jours par semaine. Je sais que la plupart d’entre vous ont environ 2 heures par jour à consacrer sinon c’est madame et les gosses qui vont râler. Je sais ce que c’est moi aussi.

Alors, on est d’accord. Il va falloir augmenter notre taux de rentabilité par 2. En gros, il faudra un EV ROI en 5€ proche de 10% pour pouvoir gagner 300€ / mois (en jouant 10 heures par semaine).

2.5) Déterminez le nombre d’heures nécessaires pour travailler votre jeu

Vous savez maintenant qu’il vous faudra jouer 10 heures par semaine (sur deux tables en même temps) avec un EV ROI de 10% en 5€ pour gagner 300€ par mois.

En plus de ce temps pour jouer, il va vous falloir du temps pour travailler votre stratégie aussi. Je vous conseille de respecter le ratio suivant : 1 heure d’entraînement pour 5 heures de jeu.

Donc si vous jouez 10 heures par semaine, vous devrez vous entraîner 2 heures par semaine en plus.

2.6) Faites votre calendrier

Exemple : Vous devez caler 12 heures dans la semaine (10 h de jeu + 2 h d’entraînement). Privilégiez les weekends car c’est là qu’il y a le plus de joueurs récréatifs.

  • Mercredi : 2h de jeu + 30 min d’entrainement
  • Jeudi : 2h de jeu + 30 min d’entrainement
  • Vendredi : 2h de jeu + 30 min d’entrainement
  • Samedi : 2h de jeu + 30 min d’entrainement
  • Dimanche : 2h de jeu + (30 min d’entrainement en extra, ça ne fait pas de mal)

2.7) Affichez votre calendrier à côté de votre feuille « Objectif ».

Pensez à parler de votre planning à vos proches et mettez les au courant !

3) Définissez votre plus gros point faible

Maintenant vous savez que vous devez augmenter de 5% votre taux de rentabilité (EV ROI). Génial mais par quoi commencer me direz-vous ? Oui, c’est ça le plus dur ! Alors laissez-vous guider.

3.1) Comment savoir ce qu’il faut améliorer ?

Grâce au Cev / sng et par position

J’ai déjà écrit pas mal d’articles à ce sujet. Commencez par connaître l’EV chips par position. Quelle position vous donne le score le plus faible ? Quelle position est la plus éloignée des scores que je recommande d’avoir ?

Vous avez trouver ? Alors il est temps de passer à l’action.

Vous pouvez aussi me demander un leakfind d’une heure gratuitement (si ce n’est pas déjà fait) en cliquant ici. Je vous dirai quoi et comment vous améliorer.

Exemple : votre score en SB HU est de 20 Cev / sng mais il faut viser les 30 Cev / sng. Votre unique but sera d’améliorer votre stratégie en SB HU !

Grâce aux stats sur le HUD Falcon ou le HUD Eagle

C’est essentiel de savoir si vous jouez trop serré ou trop large preflop. Si vous ne 3bet pas assez, etc. Et les HUD que j’ai développé sont très bons pour faire ça. D’ailleurs je les utilise moi-même pour faire les diagnostics. Servez-vous aussi des articles sur les positions SB 3 way, BB 3way, Bouton 3 way et SB Heads Up, BB Heads Up. Je montre des exemples de HUD, vous pouvez vous en inspirer.

3.2) Améliorez 1 position à la fois jusqu’à ce qu’elle soit bien réglée

La grosse erreur des joueurs c’est qu’ils veulent progresser sur toutes les positions à la fois ! Ce n’est pas possible ! Combien de joueurs viennent me voir et me disent qu’ils sont perdus. Ils ne savent plus donner de la tête !

Focalisez-vous sur 1 position à la fois et ne pensez qu’à ça tant que ça n’est pas réglé.

3.3) Utilisez tous les moyens de vous entraîner

Employez tous les moyens d’améliorer votre jeu. J’avais déjà écrit un article à ce sujet, voici le lien.

Voici la liste des choses à faire pendant ses heures d’entraînement :

  • revoir les mains où l’on a un doute et demander l’avis d’autres joueurs.
  • filtrer un spot particulier dans le « hand report » de PT4 et vérifier si on a jouer les bons combos preflop (en s’aidant d’une hand chart par exemple).
  • revoir une vidéo concernant le spot à travailler.
  • relire ces objectifs à voix haute pour entretenir sa motivation en cas de coup dur
  • poster des mains dans le forum et poser des questions (il faut être curieux et poser pleins de questions).

Mais rappelez-vous d’une chose : améliorez une position à la fois. Donc n’allez pas passer une heure à revoir des vidéos du bouton en 3 way quand vous devez améliorer votre SB en Heads Up ! Vous gaspillez du temps et de l’énergie.

3.4) Mesurez votre progression semaine après semaine

Sur la position que vous êtes en train d’améliorer, notez dans un carnet ce qui a évolué. Ce n’est pas suffisant alors continuez à vous entraîner jusqu’à ce que vous atteignez le bon Cev / sng et les bonnes stats sur votre HUD.

4) Définissez votre deuxième plus gros point faible

Vous avez atteint votre score en terme de Cev ? Super ! Alors vous pouvez passer à l’étape suivante : la deuxième position qui vous coûte le plus d’argent. C’est le même processus qu’au point numéro 3.

5) Et ainsi de suite… pour toutes les positions.

Alors, oui parfois, vous aurez besoin d’un petit coup de pouce. Et je suis là pour ça aussi. Vous pouvez intégrer mes coachings en groupe ou en individuel. C’est un moyen d’accélérer votre progression mais il faudra quand même vous entraîner aussi suivant mes recommandations.

Chaque mois, constatez vos progressions :

  • Avez-vous augmenté votre Cev / sng sur les positions travaillées ?
  • Avez-vous de meilleurs statistiques sur votre propre HUD ?
  • Avez-vous compté moins d’erreur maintenant qu’auparavant sur votre position ?
  • Avez-vous le sentiment de dominer vos parties plus qu’auparavant ?

Notez toutes ces réponses dans un carnet semaine après semaine et mois après mois.

Ma règle d’or : passez à l’action tout de suite

N’attendez pas ! Agissez ! Fini les longues heures devant des vidéos de poker et sur les forums à vous trouver des excuses. Concentrez vous sur ce que vous savez faire et sur ce que vous ne savez pas faire. Et surtout JOUEZ car rien ne vaut l’expérience vécue.

Allez je vous souhaite « Good luck » et surtout ne lâchez pas !

 

 

Témoignage - Débutant SnG Jackpot

Sommaire du podcast « Témoignage : débutant en sng jackpot » :

  • Comment Myriam a commencé à jouer les sit and go jackpot ?
  • Quelle est son retour d’expérience sur ce format ?
  • Quels sont ses avis à ce sujet ?

Ecouter

Comment arrondir ses fins de mois avec le poker - sng jackpot

Vous avez déjà un travail mais comment arrondir ses fins de mois avec le poker ? Vous aimez votre job mais il ne paye pas assez. Vous voyez le poker comme une solution pour compléter vos revenus. Vous n’avez pas tort, c’est une façon ludique et rentable de procéder. Comme je l’ai fait moi-même à une époque. 

Cependant je ne le faisais non pas pour arrondir mes fins de mois mais pour préparer ma future reconversion en tant que joueur professionnel. J’avais un job de 40h par semaine mais il ne me plaisait guère. Comme le poker me plaisait et que je voulais avoir la liberté géographique, j’ai passé le cap.

Que ce soit pour arrondir ses fin de mois ou bien pour faire la transition de semi-pro à pro, il faut bien organiser ses journées pour être efficace aux tables. Il faut mettre le pied à l’étrier malgré votre fatigue accumulée par votre job.

Entre travail, couple, enfants et autres « obligations », il faut garder la tête froide.

Laissez-moi vous donner des éléments de réponses vis à vis de mon retour d’expérience et de mon vécu.

Comment arrondir ses fins de mois sans être perdu ?

J’ai souvent constaté que bon nombre de joueurs souhaitant arrondir ses fins de mois, ne pensent pas en terme de taux horaire.

Reprenons l’exemple de Marc tiré de cet article. Marc veut arrondir ses fins de mois. Il souhaite gagner une rallonge de 300€ chaque mois pour compléter son salaire de 1200€ mensuel.

Il a l’habitude de se retrouver 5 fois par semaine sur sa room préférée en spin&go sur Pokerstars. Il sait que le rakeback n’est pas très alléchant mais qu’en compensation le field est plus facile que sur les Expresso.

Marc joue les spin&go à 5€ sur deux tables en simultané comme à son habitude. Il sait qu’il obtient un EV ROI (taux de retour sur investissement) de 7.5%. Le field est très facile et heureusement pour lui, il a suivi tous mes conseils – le veinard :).

Combien d’heures doit passer Marc pour obtenir sa rallonge de 300€ par mois ?

Un EV ROI de 7.5% donne un taux horaire de 2.55€ / heure sur une seule table. Comme il en joue 2 à la fois, son taux est doublé à 5.10€ / heure. Donc 300€ divisé par 5.10€ / heure donne 58.8 heures de jeu par mois.

Soit environ 15 heures de jeu par semaine seulement. Maintenant voyons comment Marc va organiser sa semaine de grind !

Parlez-en à vos proches

Il est très important de préparer le terrain pour atteindre votre objectif financier.

La première chose à faire selon moi, c’est d’en parler à votre entourage. Il faut vraiment faire part à son conjoint et aux personnes qui partagent le plus de temps avec vous que pour vous, il est important de consacrer X heures sur votre room préférée. J’espère pour vous que vous avez un entourage ouvert parce qu’il est encore difficile de leur faire accepter que oui, il est possible de compléter ses revenus.

Dites leur à quoi va servir cet argent gagné au poker… Pour financer les prochaines vacances ? Pour refaire la cuisine ? Que sais-je. A partir du moment où votre motivation est tangible, ça passera beaucoup mieux.

Montrez que vous êtes impliqué et que vous avez une attitude professionnelle. Comme si arrondir ses fins de mois avec le poker était un job à temps partiel. Montrez-leur comment vous vous entraînez et vos derniers résultats encourageants.

Avertissez-les quand vous commencez vos sessions. Mettez un petit affichage sur la porte « papa grind » ou « ne pas déranger ». Il faut vraiment que votre entourage joue le jeu. Rien de pire que d’entendre un : « chéri, tu peux aller… » ou bien « papa, pourquoi… » en pleine session. C’est mortel. Dites leur que ça n’est pas le moment et que vous être en train de payer leur prochain week-end , si c’est votre objectif après tout !

Choisissez vos meilleures heures pour jouer au poker

Marc doit caser 15 heures de jeu dans sa semaine. Quels sont les meilleurs moments pour le faire ?

Je déconseille de jouer juste après le travail. Pourquoi ?

Premièrement, vous allez être fatigué. Il est bon de se prendre au moins une heure de repos bien mérité. N’oubliez pas que vous devez être parfaitement zen avant votre session. Il suffit qu’un collègue ou que votre patron vous ai titillé aujourd’hui pour finir perdant sur vos sessions.

Pensez aussi que votre foyer va vous solliciter en rentrant du boulot. A moins que personne ne soit encore rentré à votre arrivée ou que tout le monde soit endormi. A ce moment là, profitez-en pour faire vos sessions dans le calme et la tranquillité.

Donc, ne négligez surtout pas les 2 règles d’or :

  • jouez quand vous n’êtes pas fatigué
  • jouez quand vous n’êtes pas énervé par votre entourage / travail

Selon mon retour d’expérience, si vous pouvez jouer une journée complète faite-le. Vous savez que le vendredi vous êtes libre toute la journée ? Alors démarrez votre pc et dévorez les heures de grind. Attention, faites quand même des pauses toutes les heures.

Si ça n’est pas possible ainsi, je vous conseille de caser vos heures après 20h le soir. Vos enfants seront couchés, votre conjoint s’adonnera à son hobby préféré et vous serez au calme. En plus, c’est à partir de cette heure ci que le field devient plus facile. Si vous pouvez jouer après minuit, alors c’est fantastique !

Revenons-en à Marc : il a donc opté pour un 5x 3 heures de 21h à minuit.. Répartis du lundi au vendredi. Préférant avoir tout son week-end libre pour sa famille et ses amis.

Prévoyez des moments pour améliorer votre poker

N’oubliez pas que jouer c’est bien, mais étudier et s’améliorer à côté c’est mieux. Il ne faut pas rester isolé. Entourez vous de joueurs compétents et meilleurs que vous. Par exemple, rejoignez les autres joueurs de mon forum privé en cliquant ici.

Je conseille de passer au moins 1 heure par semaine pour revoir ses mains avec des amis grindeurs. Plus a minima 30 minutes de préparation mentale et stratégique avant de jouer.

Un bon ratio entre temps de jeu / temps d’étude est de l’ordre :

  • 70% de temps de jeu pour 30% de temps d’études si vous êtes débutant
  • 80 / 20 si vous être confirmé
  • 90 / 10 si vous êtes expert

Le temps de jeu est le plus important, c’est ce qui doit être priorisé. Ne faites surtout pas l’inverse sinon vous allez procrastiner.

Notre ami Marc a décidé de caser 1h de review avec ses amis le samedi matin. Il a aussi incorporé 30 minutes d’échauffement avant de jouer. Il commence dorénavant à 20h30 au lieu de 21h.

Vous n’arrivez pas à caser vos heures de grind dans la semaine ?

Il vous reste plusieurs options :

  • revoir à la baisse votre objectif financier et trouver une autre activité avec un meilleur taux horaire.
  • augmenter le nombre de tables jouées simultanément : c’est un fort effet de levier mais faites attention à votre taux de rentabilité EV ROI qui va diminuer.
  • sacrifier les heures d’étude : vous décidez de volontairement « stagner » techniquement pour vous consacrer à exploiter à fond le field.
  • accepter de gagner moins ce mois ci pour gagner plus le mois d’après : vous pouvez aussi vous dire que l’amélioration constante de votre stratégie va augmenter votre taux de rentabilité. Dans ce cas, il faudra moins d’heures pour atteindre votre objectif financier le mois prochain… Patience donc.

Comment faites-vous pour concilier poker, travail et vie sociale ?

Je suis curieux de savoir comment vous faites de votre côté.

Est ce que mes conseils vous ont été utile ?

J’attends vos témoignages avec impatience dans les commentaires.

Si vous voulez que je vous aide à réaliser vos objectifs : demandez moi un rendez-vous gratuit en remplissant le formulaire ci-dessous.

 

 

Salut mon ami. Je suis en Espagne, le poker c’est aussi ça la liberté. Ça a toujours été mon adage. Je vais faire une petite vidéo mentale aujourd’hui : « Tu vas trop vite pour améliorer ton poker ! ».

Rien ne sert de vouloir améliorer trop vite le poker

Parfois j’ai des élèves qui viennent me dire : « Manu, je n’arrive à pas à appliquer tes conseils et tes hand charts. Je n’arrive pas à appliquer ce que tu me donnes à faire ».

Je leur demande alors : « Comment as tu travaillé ton jeu cette semaine ? (Oui, on se voit chaque semaine pour le coaching).

Le coaché me répond : « J’ai fais X, et puis j’ai fais Y et je suis en train de faire Z aussi ».

Alors je l’interromps et je lui dis : « Attends, tu es en train de me dire que tu fais tout ça en même temps ? ».

C’est à ce moment là, que je sens que c’est pas bon !

Quand je fais un coaching avec une nouvelle personne, j’offre un diagnostic complet gratuit pour toutes les positions et pour le jeu preflop et postflop (si tu veux t’inscrire, il te suffit de remplir le formulaire dans la colonne latérale gauche).

Je donne tout ce qu’il y a travailler. Mes coachés savent donc globalement ce qu’ils ont à faire. Mais chaque semaine je leur donne un objectif à la fois. Malheureusement, ils lisent tout le document et n’écoutent pas mes conseils. Ils n’appliquent pas vraiment mes recommandations.

Le problème c’est qu’ils veulent tout traiter en même temps.

« Tu vas trop vite » : tel est le sujet de cette vidéo. Ça ne sert à rien d’aller trop vite et tu vas perdre du temps.

Quand je te donne des objectifs prioritaires ce n’est pas pour rien.Tu dois te focaliser sur la position qui coûte le plus cher à ton winrate. Je te donne des raccourcis dans mes coachings. J’ai fait tout ça avant toi donc applique vraiment mes conseils.

C’est aussi un peu comme si tu faisais tout mais rien en même temps. tu veux tout régler d’un coup. Tu te dilues dans tes efforts, donc tu perds du temps et tu ne sais plus où tu en es.

Je te donne vraiment une méthode de travail. Alors, laisse toi guider. Je te donne le bateau et les rames : à toi de ramer !

Ma méthode pas à pas

Quand on se voit chaque semaine, certains sont perdus à cause de ça. Ils tournent en rond. Ils veulent traiter tous les sujets et je le comprends. Ils veulent aller vite mais on peut aller encore plus vite si on se focalise sur un objectif à la fois. Et pas plusieurs. Ça n’est pas possible.

J’ai lu un livre qui s’appelle : le mental du poker de Jared Tendler. C’est un livre que j’ai beaucoup aimé sur le mental.

Quand on parle de mental il y a en a deux en fait :

  • le mental pendant le jeu
  • et le mental hors du jeu (c’est l’objet de cet article).

Comment se met-on dans les meilleures conditions pour progresser ?

Dans mes coachings, je fais une check list de tout ce qu’il faut faire. Avec le coaché, je fixe un spot en priorité et on ne va pas chercher d’autres trucs à faire à droite et à gauche. Je fais tout pour t’éviter de passer du temps sur des spots qui n’en valent pas la peine. En tout cas pour l’instant. Il y a d’autres spots qui font perdre beaucoup plus d’argent que ça et il est urgent de les traiter rapidement.

Si tu dois travailler des spots : focalise toi sur un voire deux objectifs maximum. Surtout si tu es débutant. Ça va te demander énormément d’énergie et de force pour améliorer sa stratégie sur un spot.

Je suis passé par là moi aussi. J’ai vécu ces étapes et je me suis rendu compte avant toi que ça ne sert à rien de courir dans tous les sens.

Ça me fait penser à l’image d’une personne qui veut apprendre à nager. Elle va faire beaucoup d’efforts au début. Une fois dans l’eau, la personne va se débattre et se dire qu’elle va couler. Elle n’a pas conscience qu’en faisant moins d’efforts et en étant plus précis dans ses gestes, elle peut mieux nager et flotter.

Arrête de te débattre dans tous les sens, tu vas couler. Détends-toi et focalise toi sur un seul objectif à la fois. Tu vas économiser de l’énergie tout en gagnant en efficacité.

Voilà pour l’article mental de la semaine. Je te souhaite tout le meilleur pour ton grind et n’oublie pas : le poker pour la liberté.

Retrouve mes autres astuces dans cet ebook gratuit

 

Comment apprendre à jouer au poker facilement

Salut à toi jeune padawan ! Cet article est dédié à toi qui veut apprendre le poker et qui ne sait pas vraiment par quoi commencer. Alors, je vais répondre à ma manière à tes interrogations pour apprendre les bases du poker.

Apprendre le poker rapidement

Je suis moi aussi passé par là et je comprends ton désarroi. J’ai joué différents formats depuis 2010 : j’ai commencé par les sit and go classiques en 6 max. Puis je me suis orienté vers le cashgame 6 max pour finir par les sit and go jackpot (format auquel est dédié ce blog).

Alors, j’espère que mon retour d’expérience pourra t’aider ! Sans vouloir me jeter des fleurs, rien que d’appliquer ces conseils te permettront d’éviter de faire les mêmes erreurs que moi afin d’éviter une perte de temps précieuse qui peut vite se chiffrer en mois voire en année !

Quelle est la meilleure manière d’apprendre a jouer au poker ?

Jouer au poker peut être une simple distraction ponctuelle pour faire passer le temps. En se disant que si je gagne alors « tant mieux » sinon « tant pis ». Ok, mais… Jouer à jeu d’argent pour ne pas vraiment vouloir gagner c’est comme jouer au loto.

Ici, je vais vraiment m’adresser à toi, petit curieux, qui se demande comment gagner des revenus substantiels sans trop te compliquer la vie !

Alors, si je devais refaire mon parcours et si j’appliquais ce qui suit, je n’aurais pas mis plus de 1 an pour devenir vraiment gagnant.

1) Définir une stratégie preflop

Comme les fondations d’une maison, il est très important de savoir ce que l’on doit faire avec chaque main. C’est la base !

Il y a plusieurs types de stratégies :

  • les stratégies de base face à un joueur typique du format et de la limite. C’est en quelque sorte une stratégie qui te permettra de générer des gains contre n’importe quel joueur lambda. Ce type de stratégie n’est pas optimal contrairement aux stratégies avancées que je te présente ci-dessous ;
  • les stratégies avancées qui prennent en compte le profil de ton adversaire (le nombre de fois où il va investir des jetons, son niveau d’agressivité, etc). Pour cela, il te faudra engranger des centaines d’heures de pratique et utiliser un HUD pour t’aider à prendre les décisions optimales. C’est ce qui rapporte le plus.

Donc pour commencer, il te faudra connaître la stratégie de base. Je te conseille d’investir directement dans une stratégie donnée par un joueur qui a fait ses preuves et qui les a lui même utilisé. De préférence, évite les stratégies GTO (très à la mode) car elles ne sont pas faites pour jouer à tes limites de buy-in pour débutant.

Je déconseille également les stratégies faites maison : c’est une perte de temps et d’argent. Non seulement ça ne va pas fonctionner tout de suite mais le temps passé à les peaufiner ne vaut pas l’achat de hand chart (c’est le nom habituellement utilisé) proposé par les coachs comme moi.

En plus, avoir une stratégie preflop qui fonctionne te donnera immédiatement confiance dans ton jeu. Tu te sentiras plus à l’aise.

Autre petite astuce : imprime les hand chart et ne les laisse pas sur ton écran caché derrière une fenêtre ! Il y a déjà suffisamment de boutons à cliquer pendant les parties qu’il serait dommage de gaspiller quelques secondes précieuses pour aller chercher l’info. Si tu les imprimes sur le mur à côté de ton écran, tu n’auras pas besoin de cliquer partout. En un clin d’œil, tu pourras savoir ce qu’il faut faire !

Pour en savoir plus sur les stratégies de base, clique ici.

 

2) Jouer 80% du temps, étudier 20%

C’est selon moi, la répartition idéale pour bien progresser.

Pourquoi ? Je vois beaucoup de joueurs débutants lire ou regarder des vidéos et trop passer à l’action ! Savoir c’est bien mais savoir faire c’est mieux et ça rapporte !

Tu as besoin de feed-back pour mesurer l’impact de ce que tu as appris. Si tu n’appliques pas assez ce que tu apprends, alors pourquoi apprendre ? Juste par plaisir ou pour se réconforter comme quoi on sait mais qu’on ne sait pas faire ? On devient forgeron en forgeant son jeu et son mental. Il n’y a pas d’autre façon de procéder.

Même remarque pour le nombre de parties jouées par mois. Si tu joues moins de 1000 parties par mois, tu ne progresseras pas suffisamment vite pour profiter de cette belle opportunité du moment notamment avec les sit and go jackpot.

Autre conseil : ne t’embourbe pas dans les stratégies GTO qui ne sont pas encore de ton niveau. Non seulement ça va te coûter cher mais tu ne gagneras pas de manière optimale. Ce qui te fera perdre du temps sur l’augmentation de ton capital jeu (bankroll). Applique juste les stratégies preflop exploitantes recommandées par des professionnels. J’allais justement y venir…

 

3) Trouver un coach

C’est la clé pour réussir. 99% des gens qui ont réussi sont passés par là. Si ce n’était pas un coach alors c’était un mentor qu’ils ont eu la chance de côtoyer parce qu’ils étaient amis. Tout comme les stratégies de base preflop indispensables, un coach te permettra de gagner un temps fou et d’éviter toutes les erreurs que tu aurais fait en débutant tout seul.

On ne le mesure pas assez mais c’est aussi un gain d’énergie considérable puisque tu n’auras qu’à appliquer les recommandations semaine après semaine. L’investissement en vaut largement le coup !

Plutôt que de consacrer une bankroll importante et de jouer à des limites trop hautes par rapport à son niveau de débutant, il vaut mieux jouer à des limites plus basses et dédier une certaine partie pour financer des cours.

Pour découvrir mes services, clique ici.

 

Quel format est le plus facile pour apprendre à jouer au poker ?

Nul doute que le format des sit and go jackpot est le format du moment ! En voici les raisons :

  • le niveau des joueurs est très faible
  • tu peux commencer et t’arrêter quand tu veux (les parties ne durent que 7 minutes en moyenne)
  • il y a des tables ouvertes 24h/24h (tu n’as pas besoin d’attendre)
  • les joueurs sont disposés aléatoirement sur les tables (pas de risque qu’un joueur expérimenté te chasse contrairement au cash game)
  • tu peux toucher un bon jackpot (ça fait toujours plaisir de rafler jusqu’à 10 000 fois la mise !
  • il n’y a que 3 joueurs par table (c’est toujours plus facile que d’être à 10)
  • tu peux commencer à partir de 25 centimes par partie (pas de risque de te ruiner).

Par où commencer ?

Je te conseille de lire cet article où je te donne mes meilleurs conseils pour bien débuter en sit and go jackpot.

Sinon, tu peux me demander une heure de cours gratuite en remplissant le formulaire en bas de cette page. Je t’aiderai à définir tes objectifs pour démarrer dans les meilleures conditions !

 

Podcast - Transition vers les sng jackpot poker

 

Sommaire du podcast « Transition vers les sng jackpot » :

  • Comment Jeysson est-il passé du cash game / MTT aux sit and go jackpot ?
  • Comment a-t-il vécu l’expérience ?
  • Quels outils l’ont aidé à améliorer son jeu ?

Ecouter

 

Podcast - Confidences d'un joueur de 20€ sur Partypoker

Sommaire du podcast « Confidences d’un joueur de 20€ sur Partypoker » :

  • Comment a-t-il découvert le format ?
  • Pourquoi est-il passé du cash game aux sng Jaqkpot ?
  • A quoi ressemble une journée type de grind ?
  • Comment se prépare-t-il ?
  • Comment gère-t-il les sessions avec son entourage ?
  • Conseils donnés à un débutant en 2€.

Ecouter

 

Comment apprendre les combinaisons ?

Vous voulez apprendre ce qu’est une combinaison au poker ? C’est un point important à connaître. Sans cela, vous pourriez faire de graves erreurs stratégiques. C’est essentiel au Texas Poker Holdem.

Les 2 cartes privatives appelées « main » ont une certaine valeur qui va évoluer avec le board. Mais il faut savoir qu’il y a beaucoup de combinaison possible.

Au Texas Hold em, les cinq cartes sur la table (flop, turn, river) forment le « board ». Les cartes du board appartiennent à tous les joueurs. Ce sont des cartes « communes ». Chaque joueur est libre d’associer les cartes qu’il a en main : soit les deux cartes, soit une seule ou bien aucune. Le but étant de former la meilleure combinaison de poker possible de cinq cartes.

Dans l’ordre d’importance nous avons :

  • la quinte flush (couleur + quinte)
  • le carré (quatre cartes identiques)
  • le full (un brelan + une paire)
  • la couleur (cinq cartes de la même couleur). Au cas où les joueurs ont deux couleurs à égalité, c’est celui qui détient en main la plus forte hauteur de la même couleur qui gagne. Sinon, il y a partage du pot.
  • la quinte (une suite de carte rangées dans un ordre croissant)
  • le brelan (trois cartes similaires)
  • la double paire (deux paire de deux cartes similaires)
  • la paire (deux cartes similaires)
  • la hauteur (aucune combinaison)

Les différentes combinaisons gagnantes au poker sont comparées entre les joueurs qui ont vu l’abattage. 

Retrouvez toutes mes astuces et conseils pour bien débuter en sit and go jackpot en cliquant ici.

Combinaisons de poker à imprimer

Pour trouver la valeur des combinaisons de 5 cartes au poker, voici le tableau et le classement de l’ordre des combinaisons de la plus forte à la plus faible (cliquez sur l’image pour zoomer les cartes de poker et l’imprimer en PDF).

Vous avez la liste en français de toutes les combinaisons au poker sous les yeux maintenant ! Utilisez la comme règle officielle pour jouer votre main et la combiner !

Liste complète combinaison poker

Retrouvez aussi les combinaisons de poker sur Wikipedia.

 

Comment améliorer son jeu

Comment améliorer son jeu ?

Il y existe de nombreuses manières d’améliorer son jeu. Les différentes approchent que je vais vous énoncer sont aussi complémentaires. Sur la semaine, on peut très bien s’organiser pour les utiliser toutes. Je vous proposerai un planning hebdomadaire pour l’exemple à la fin de cet article.

Choisir ses priorités

Pour éviter de disperser ses efforts, je conseille de se focaliser sur un leak à la fois en partant par celui qui fait perdre le plus d’argent. Ça va de soi. Pour cela, vous pouvez commencer par prendre la position qui vous fait perdre le plus d’argent. Pour le savoir, vous pouvez lire cet article où vous pourrez télécharger les courbes.

Détecter les spots problématiques grâce au HUD

Suite à l’étape précédente, vous savez quelle position cibler. Il est temps de lancer votre HUD et de se focaliser sur les stats de la position en question. Dans Poker Tracker 4, il est possible d’afficher son propre HUD. Utilisez le pour voir vos failles. Par exemple, vous avez un taux de fold de SB vs OR BU en 3 handed inférieur à 70%. Alors vous défendez un peu trop. Pour utiliser cette approche, il vous faut connaître les valeurs cibles à atteindre pour rester dans les clous.

La review de mains d’un spot précis

Une fois que vous connaissez à la fois la position et le spot, il ne reste plus qu’à balayer les mains seul ou avec un ami. Pour cela, allez dans les filtres du « hand report » de PT4. Vous aurez des dizaines de mains à analyser. J’aime particulièrement cette façon de faire parce qu’elle permet de se rendre compte rapidement des mauvaises tendances du joueur. On voit facilement les mauvaises habitudes.

Le replay d’un sng entier

C’est une approche que j’aime utiliser pour détecter les erreurs « inconscientes ». Je conseille de faire ce travail avec un autre joueur pour avoir sa vision extérieure et son regard neuf sur votre jeu. Vous allez pouvoir balayer tous les spots en quelques minutes.

Le gros avantage (contrairement à la méthode présentée juste après) c’est qu’on a vraiment le temps de penser à la main. En plus, on peut sentir la dynamique de la table tout comme les parties lives. Je n’y vois que des avantages.

Observer des parties jouées en live

C’est la méthode que j’aime le moins. Aussi appelé « rail »,  il s’agit de suivre un joueur en train de jouer et de commenter ce qu’il fait. Je trouve qu’il y a plus d’inconvénients que d’avantages : outre le fait de voir le timing, faire une review d’un sng entier en replay est beaucoup plus utile.

  • Le live ne vous permet pas d’analyser pleinement un spot : vous n’avez pas le temps.
  • Le joueur observé peut se sentir « stressé » et jouer un jeu qu’il n’aurait pas fait habituellement.
  • Il n’est pas possible de suivre plus de 2 tables, le rythme des décisions est trop soutenu.

Alors, certes, on va me dire que l’on peut marquer les mains à revoir en live pour les analyser ensuite. Oui mais vous auriez pu utiliser le temps passé à jouer pour analyser plus de spots en passant directement par le replay.

C’est pour ces raisons que je refuse très souvent de participer aux rails. On n’a pas le temps de commenter quoi que ce soit !

Exemple de semaine type

Voici un exemple de plan de travail de son jeu hebdomadaire.

  • Lundi : détecter le spot à travailler (courbes + HUD)
  • Mardi : revoir des parties entières en replay avec un ami (en se focalisant sur le spot à travailler)
  • Mercredi : revoir les main du spot à régler (hand report + filtres)
  • Jeudi : voir des vidéos stratégiques du spot à régler
  • Vendredi : noter dans un mémo les actions à faire pour corriger le spot (à relire avant chaque session et les appliquer)
  • 1 semaine plus tard : faire le point (leak corrigé ou non). Si le leak n’est pas encore corrigé, recommencer le cycle depuis mardi

Et vous ?

  • Quelle méthode préférez-vous ?
  • Avez-vous d’autres manières de travailler votre jeu ?

Merci de me laisser vos réponses en commentaires

 

Aujourd’hui je vais te parler du vaste sujet : quand passer pro ?

A partir de quel moment sait-on que l’on peut passer pro sur les sit&go jackpot ? Et comment le savoir ? C’est une vaste question mais très intéressante.

Selon moi, il faudrait avoir certains prérequis.

Eviter de travailler seul même si l’on gagne un certain revenu tous les mois. Il faudrait déjà se constituer un groupe d’amis joueurs. C’est très important en cas de coup dur. Il est important de partager les différentes phases difficiles avec des joueurs en qui on a confiance.

Le deuxième prérequis important est la discipline. Préparer ses sessions mentalement grâce à la méditation par exemple. Relire ses notes de la veille de ses dernières sessions. La prise de note sur nos adversaires. Revois des mains et des vidéos.

Il est très important que tout cela constitue une routine qui va permettre de durer sur le temps quand on passe pro. On ne se rend pas compte de ce que ça implique que de jouer quasiment tous les jours. Quand on a un travail et que l’on pratique le poker en tant que passion, on peut y passer deux à trois heures par jour (40 à 50 sng jackpot).

Se tester sur 1 semaine entière est une bonne façon de se mesurer au quotidien d’un joueur professionnel : sur une semaine de congés, essayer de s’imprégner dans le quotidien d’un pro :

  • dès le matin, mettre en place une routine : revoir les mains, les partager avec mes amis joueurs, travailler sur des logiciels comme Holdem Ressources Calculator ou Flopizilla, etc. Durée : 1h.
  • juste avant de commencer les sessions de grind : se mettre en condition mentale par un échauffement (méditation). S’isoler afin d’être préparer mentalement à la pratique du poker.
  • si on a de l’entourage autour de soi : leur signaler qu’on ne sera pas disponible pendant x temps.
  • éteindre le téléphone et toutes applications sur l’ordinateur.
  • un bon équilibre entre temps de jeu et pause : une heure de session pour 10 à 15 minutes de pause et ainsi de suite. Jusqu’à faire 100 sng jackpot par jour.
  • répéter cette routine quotidienne durant 5 jours consécutifs pour voir comment on se sent psychologiquement.
  • pour avoir une bonne impression du quotidien d’un joueur pro, jouer 500 tournois dans la semaine (au lieu des 2 à 3 semaines si on a un travail à côté).

Ce n’est pas au bout d’un mois qu’on peut savoir si on est bon ou pas. Donc je conseille d’atteindre au moins 9% d’EV ROI en 5€ et 7% d’EV ROI en 10€ sur au minimum 3000 parties pour chacune de ces limites. Avec un travail à côté, ce test peut être réalisé entre 3 à 6 mois.

Pour passer pro, il faut au minimum jouer en 10€ pour viser les 1500€ mensuels avec de tels résultats.

Evidemment, la bankroll est tout aussi importante. Compter entre 200 et 300 buy-in de la limite pour se lancer.

C’est un vaste sujet alors si vous avez d’autres points sur lesquels vous voudriez aborder, laissez un commentaire.

 

Règles du poker texas hold'em

Le poker est un jeu génial !

Comment jouer au poker ?

Il est important de bien connaître les règles du poker texas holdem aussi appelé poker à 2 cartes ou poker ouvert. Voici la règle du poker simple pour les débutants. Attention, ce ne sont pas les règles du poker classique ou poker fermé à 5 cartes mais d’une variante beaucoup plus excitante à jouer !

Ce jeu a des règles simples et c’est facile. C’est ce qui a fait le succès du poker a 5 carte depuis les années 2000 en France. Il faut savoir aussi que certains casinos et autres tournois en dur possèdent leurs propres règlements.

Note :

  • Cette règle du jeu de poker gratuit à imprimer en PDF s’applique même en Heads Up (poker a 2 joueur). C’est la même quelque soit le nombre de joueurs à la seule différente que le bouton sera en même temps la Small Blind en duel.
  • Il faut savoir aussi que la regle du poker en ligne est exactement la même.
  • Si vous jouez à maison, c’est le bouton qui joue le rôle de croupier.
  • Cette article est valable pour l’utiliser en tant que règle du cash game ou règle de tournoi.

Voici la règle de base de ce formidable jeu de poker américain.

Préparation des jetons et distribution des cartes

Répartissez un certain nombre de jetons par personne. Par exemple, voici une répartition de 2000 points par joueur (avec la valeur des jetons) :

  • 4 jetons de 100 soit 400 points.
  • 10 jetons de 50 soit 500 points.
  • 20 jetons de 20 soit 400 points
  • 40 jetons de 10 soit 400 points
  • 60 jetons de 05 soit 300 points

Pensez à bien vérifier qu’il y a bien 52 cartes dans le paquet aussi allant de l’as au 10 puis le valet, la dame et le roi (soit 13 cartes pour chaque symbole). On ne distribue pas le joker !

Combien de cartes faut-il distribuer ? Le bouton en distribue 2 par joueurs, dans le sens des aiguilles d’une montre et une par une.

But du jeu

Voici les règles de poker pour les nuls :

La règle officielle du poker impose que vous devez faire une combinaison de 5 meilleures cartes la plus forte possible en combinant vos deux cartes en main et celles qui sont sur la table. Vous êtes libre de ne pas utiliser vos cartes en main. Cliquez sur le lien pour en savoir plus sur l’ordre des combinaisons.

Actions autorisées

Relance : il s’agit de miser plus cher que le joueur précédent. Il faut au moins relancer du double de l’enchère précédente si votre stock de jeton le permet (sinon vous êtes all-in).

All-In ou Tapis : un joueur a le droit de faire une relance du montant de tout son stock de jetons. On annonce alors « Tapis » ou « All-in ».

Déroulement d’une main au poker texas hold’em no limit

Vous voulez apprendre la règle du poker ? Voici la vrai règle du poker !

1 – Règle de la petite blind et de la grosse blind.

Le joueur à gauche du bouton est la small blind et pose 1 blind. Le joueur à gauche de la small blind (petite blind) est la big blind (grosse blind) et pose 2 blinds.

2 – Le bouton distribue deux cartes à chaque joueur.

Les cartes sont distribuées une après l’autre à chaque joueur dans le sens des aiguilles d’une montre.

Blinds et distribution regle poker

 

3 – Le premier tour d’enchères commence.

Le joueur qui est à gauche de la big blind (ici UTG : Under The Gun) parle en premier. Il peut choisir entre :

  • passer (ou fold)
  • payer (ou limper)
  • relancer (ou open raise / relance) au minimum du double du montant de la big blind

Puis c’est au tour du joueur situé à sa gauche. Et ainsi de suite.

Dans notre exemple :

  • UTG mise 3bb
  • Bouton paye 3bb
  • Small Blind paye 3bb
  • Big Blind Fold (ne paye pas)
  • Tous les joueurs ont parlé et ont égalé leurs mises. Nous pouvons maintenant voir le flop.

Pour plus de détails sur le tour d’enchères, cliquer ici.

Mises Preflop

 

4 – Le flop est dévoilé (ajout de 3 cartes communes) sur le tableau (ou board) .

C’est le bouton qui doit distribuer les cartes. Il doit poser, face cachée, la première carte à côté du paquet (la carte est dite « brûlée »). Puis, il doit poser les 3 cartes suivantes du paquet, face visible, sur la table.

Dans notre exemple, le pot fait 4 + 4 + 4 + 2 = 14bb.

Dévoilement Flop Regle

 

5 – Le deuxième tour d’enchères est engagé

C’est la même procédure qu’à l’étape 3.

Dans notre exemple :

  • UTG check (laisse la parole au bouton)
  • Bouton mise 7bb
  • Small Blind Fold
  • UTG call les 7bb

Pour plus de détails sur le tour d’enchères, cliquer ici.

Mises Flop

 

6 – La turn est dévoilée (ajour d’une nouvelle carte commune).

Le bouton doit poser, face cachée, la première carte à côté du paquet (la carte est dite « brûlée). Puis, il doit poser la carte suivante du paquet, face visible, sur la table.

Dans notre exemple, le pot fait 14 + 7 + 7 = 28bb.

Dévoilement Turn

 

7 – Le troisième tour d’enchères est engagé.

C’est la même procédure qu’à l’étape 5.

Dans notre exemple :

  • UTG check (laisse la parole au bouton)
  • Bouton mise 14bb
  • UTG call les 14bb

Mises Turn

 

8 – La river est dévoilée (ajour d’une nouvelle carte commune).

Le bouton doit brûler la première carte du paquet et dévoiler la carte suivante sur la table.

Dans notre exemple, le pot fait 28 + 14 + 14 = 56bb.

Dévoilement River

 

9 – Le quatrième tour d’enchères est engagé.

C’est la même procédure qu’à l’étape 7. Pour plus de détails sur le tour d’enchères, cliquer ici.

Dans notre exemple :

  • UTG check (laisse la parole au bouton)
  • Bouton check aussi

10 – Dévoilement des cartes des joueurs (abattage ou showdown).

C’est le dernier relanceur du quatrième tour d’enchères qui doit dévoiler ses cartes en premier. Les autres joueurs ont le choix de dévoiler leurs jeux s’ils estiment qu’ils sont meilleurs que celui du dernier relanceur. Un joueur ayant un jeu inférieur est libre de ne pas montrer son jeu (on appelle cela le muck).

Abattage cartes poker

 

11 – Le pot est donné au vainqueur (ou partagé).

Ici, c’est UTG qui gagne le pot de 56bb avec sa top paire As Dix contre Dame Neuf pour le bouton.

Il est possible que le pot soit partagé en part équitable en cas d’égalité : par exemple, si les joueurs ont les mêmes combinaisons de 5 cartes sans utiliser leurs cartes en main alors il y a égalité et le pot est partagé en deux.

Vous pouvez retrouvez la règle du poker wikipedia.

Mes 10 conseils pour bien débuter en sng jackpot -

Dans cet article je vais vous donner mes 10 conseils pour bien débuter sur le format des sit and go jackpot (spin&go, expresso, twister, jaqkpot).

Conseil n°1 : ayez au moins 200 buy-in de bankroll

Vous êtes débutant et vous commencez par les petites limites… Jusque là c’est normal. Mais il faut que vous sachiez qu’il vous faut un montant minimum de buy-in pour compenser votre manque d’expérience car la variance va vous jouer des tours. En effet si vous avez moins de 5 % d’EV ROI, vous risquez de subir d’énormes montagnes russes. Commencez par jour sur des parties à 1€, en déposant au minimum 200 € sur votre compte.

Conseil n°2 : apprenez une stratégie preflop

La partie la plus simple à apprendre au début est la stratégie préflop sous forme de tableau. En fonction des stack sizes, les tableaux vous disent quelles actions vous devez réaliser. Peu importe le profil de vos adversaires car en basse limite, ils jouent tous environ de la même manière et 80 % de vos décisions seront les bonnes.

Si vous voulez avoir une stratégie preflop qui fonctionne, je vous propose des packs de hand chart qui ont fonctionné pour moi en cliquant ici

Conseil n°3 : regardez des vidéos de bons joueurs

La magie d’Internet permet d’accéder à des heures de vidéo gratuites de joueurs compétents qui filment leur écran vous dévoilant ainsi une partie de leur stratégie.

Par exemple, vous pouvez regarder les vidéos sur ma chaîne YouTube où je commente mes parties entières.

Conseil n°4 : configurez correctement Poker Tracker 4

Poker Tracker 4 est le meilleur logiciel pour jouer sur le format des sng jackpot. Il dispose de toutes les statistiques nécessaires au suivi de votre jeu. Vous pourrez alors analyser vos forces et vos faiblesses en quelques clics.

Les statistiques indispensables sont les suivantes :

D’autres stats sont également disponibles dans cette rubrique.

Si vous n’avez pas Poker Tracker 4, je vous conseille de l’essayer gratuitement en cliquant ici. Si vous achetez la licence en passant par ce lien, je vous offre 1h d’assistance gratuite pour l’installation et la prise en main du logiciel. Pour cela, envoyez-moi un e-mail une fois l’achat réalisé en utilisant le formulaire de contact dans la page « A propos« . Nous pourrons allons convenir d’un rendez-vous.

Conseil n°5 : jouez au moins 250 parties par semaine

Vous voulez avoir des résultats ? Alors, il va falloir réaliser un certain volume de jeu. Malgré sa très haute rentabilité, cela reste un format à haute variance. Et pour combattre cela il faut générer un volume d’au moins 250 parties (soit 20 heures de jeu effectif en jouant 2 tables à la fois). Au bout d’un mois vous aurez réalisé environ 1000 parties, ce qui vous permettra de faire un bilan assez fiable même si les pros réalisent le double voir le triple en terme de volume mensuellement.

Il faut que vous compreniez que ça n’est pas avec 200 ou 500 parties par mois vous allez pouvoir en tirer des bénéfices et du plaisir à jouer. Vous risqueriez de tomber dans le piège que font la majorité des débutants à savoir : s’imaginer qu’avec quelques heures de jeu par semaine, ils vous réussir à gagner plusieurs centaines d’euros.

Conseil n°6 : passez 30 min par jour à repasser vos mains

Alors que vous étiez en train de jouer, vous avez probablement marqué des mains à analyser à tête reposée. C’est le moment pour vous de travailler votre réflexion pour déterminer les meilleures décisions possibles. Prenez 30 minutes au calme, sans être dérangé et notez les passages où vous ne savez pas quoi faire. C’est là que vous pourrez poser vos questions à la communauté de joueurs.

Conseil n°7 : passez 30 min par jour à demander l’aide aux autres joueurs

N’hésitez pas à mettre votre égo de côté pour demander l’avis des autres joueurs. Je sais qu’à mes débuts ça ne m’était pas facile de montrer mes erreurs aux autres mais c’est là que l’on apprend le plus. De toute façon même le meilleur joueur du monde fait aussi des erreurs et lui-même apprend tous les jours. La marge de progression est infinie. J’insiste bien sur le fait que travailler régulièrement même peu de temps est plus bénéfique que de travailler beaucoup en une seule fois. Vous allez finir par pouvoir répondre aux questions des joueurs qui ont les mêmes problèmes que vous par le passé.

Conseil n°8 : intégrez-vous dans un groupe de travail

L’une des astuces qui m’a fait le plus progressé est sans aucun doute l’intégration dans un groupe de travail. Je vous recommande les petits groupes de 5 personnes maximum avec qui vous vous sentez bien. Ne restez pas isolé ! Et fuyez les personnes qui critiquent votre jeu.

Si vous voulez rejoindre des groupes de travail sérieux, n’hésitez pas à faire votre annonce dans notre forum.  Je connais des joueurs qui seront heureux de vous épauler.

Conseil n°9 : ne prêtez pas attention à la courbe de gain réelle

Je vois trop de joueurs faire cette erreur et, au bout d’un mois, abandonner ce format. C’est dommage parce qu’ils ne se sont pas laissé le temps de se convaincre que ce format aurait pu faire décupler leur bankroll.

Beaucoup de joueurs se plaignent de la variance alors qu’ils n’ont joué qu’une centaine de parties. Ne vous découragez pas et surtout ne comparez pas votre courbe réelle avec la courbe d’EV. Vous allez prendre une mauvaise habitude qui va vous faire dégoûter de ce format. Et je pèse mes mots !

Conseil n°10 : ne sautez pas les étapes trop vite

Vous avez pu dégager un EV ROI de 8% sur les buy-in à 1€ avec un volume d’au moins 2000 parties ? Félicitations vous pouvez passer à l’étape suivante mais pas si vite !

Je vous conseille de ne pas jouer plus de 2 tables. Continuez à jouer comme vous savez le faire sur les parties à 2€ et respectez la règle des 200 buy-in de bankroll (soit 400€).

Continuez aussi à appliquer votre routine (voir conseils précédents) et surtout ne l’arrêtez pas.

Conseil Bonus : faites-vous plaisir

Le poker ne doit pas être une torture mentale mais un divertissement « rentable ».

Vous avez gagné un prizepool X10 ? Payez le resto à un de vos proches, ou partez en week-end avec cet argent et faites-vous plaisir. Sinon pour les plus sérieux et ambitieux, gardez-les chaudement dans votre bankroll, ça vous servira en cas de downswing.

Question : Quelle est (a été) votre principale difficulté à vos débuts ?

J’attends vos réponses dans les commentaires. Ça me permettra de vous aider dans un prochain article !

Comment le poker a changé ma vie et en bien !

Je voudrais témoigner aujourd’hui de mon expérience en matière de poker. Ca a changé ma vie. Le poker m’a permis d’être indépendant financièrement et géographiquement. Mon travail ne me plaisait plus alors je l’ai quitté pour le poker. Cela peut paraître totalement fou mais croyez-moi, c’était dû à une mature réflexion durant des mois et des années.

Découverte du poker

Ce jeu me fascinait. Je l’avais découvert en 2009 par le biais d’un ami qui m’avait montré des tournois de poker de Patrick Bruel avec le fameux championnat du monde WSOP de Las Vegas.

Encore étudiant, je cherchais déjà un moyen de gagner de l’argent sur internet depuis chez moi et avec seulement un ordinateur. C’était pour moi une sorte d’idéal : pas de patron, on s’organise comment on veut et a priori on peut gagner beaucoup d’argent.

La première salle de poker en ligne sur laquelle j’ai joué était PKR. Vu que j’avais un gros passé de joueur de jeu vidéo, je trouvais cela génial de voir une interface graphique assez réussie mêlée à ce jeu d’argent ! J’étais comme un dingue.

Préparer le bateau

C’est alors que j’ai voulu me former et en apprendre un peu plus sur les stratégies de poker. J’ai ouvert mon premier livre de poker à l’époque. C’était « Poker Théorie » de D.Sklansky édité par un des fondateur de l’Ecole Française de Poker (EFP). C’est comme cela que j’ai découvert le forum de cette école. C’est là que j’y ai suivi mes premiers cours.

En participant aux forums, en lisant des bouquins et en me faisant coacher, j’ai pu progresser. On m’avait conseillé à l’époque de commencer par les sit and go. Ça m’avait plutôt assez bien réussi puisque j’avais réussi à monter une bankroll de quelques centaines d’euros.

Au fil du temps j’ai rencontré plusieurs joueurs poker qui, comme moi, voulaient gagner leur vie avec ce jeu. Voyant que certains avaient réussi à faire le pas, c’est à partir de ce moment-là que j’ai pu envisager de consacrer tout mon temps au poker pour pouvoir en vivre.

Entre-temps, j’avais fini mes études et travaillais en tant que salarié. Je me suis aperçu que j’avais plutôt une âme d’entrepreneur. Il m’a fallu alors quatre ans pour larguer les amarres.

Larguer les amarres

C’est alors que j’ai pris la décision de partir à Malte pour rejoindre la communauté de joueurs expatriés. C’était bien, j’étais assez content d’avoir pu réussir à être indépendant financièrement et géographiquement. A l’heure où j’écris cet article je suis en Espagne. Puis j’espère une autre destination !

Alors je peux dire que oui, le poker a changé ma vie. Ou plutôt : j’ai fait en sorte que le poker change ma vie à force de travail et de persévérance. Mais le jeu en a valu la chandelle.

Je sais que beaucoup de gens ont un regard négatif sur le poker et même parfois sur les joueurs. Mais j’en suis le contre-exemple. C’est au travers de ce blog que je vais démystifier ce jeu, sujet à polémique, pour lui rendre ses titres de noblesse.

Car oui, la pratique du poker m’a permis de développer des points forts et m’a permis de mieux me connaître. Contre vents et marées, je me suis révélée et une fois la tempête passée c’est que du bonheur !

Vous voulez en savoir plus ?

Je vous invite a écouter cet interview où je raconte mon parcours et mon quotidien.